Ancien site Association de défense des droits des militaires
-->

Revalorisation de la retraite du combattant

Article publié le 28 février 2011
    Question écrite n° 15905 de M. Roland Courteau (Aude – SOC) publiée dans le JO Sénat du 11/11/2010 – page 2934

    M. Roland Courteau attire l’attention de M. le secrétaire d’État à la défense et aux anciens combattants sur la déception du monde combattant, à la lecture du projet de loi de finances pour 2011.

    Il lui rappelle, notamment, les justes demandes exprimées par la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (FNACA) qui attend toujours la revalorisation de trois points d’indice de la retraite du combattant pour 2011 et de deux points pour l’année 2012, afin d’aboutir à l’indice 48.

    Il lui indique également qu’elle demande l’attribution de la carte du combattant aux militaires arrivés en Algérie avant le 2 juillet 1962 qui peuvent justifier de quatre mois de présence avant et après cette date sur le territoire.

    Il lui rappelle, enfin, son souhait de voir relever le plafond de la rente mutualiste de l’indice 125 à l’indice 130, ainsi que sa demande de voir établi un niveau de ressources suffisant en faveur des conjoints survivants les plus démunis, par l’allocation différentielle de solidarité.

    Il lui demande donc sous quels délais il compte donner suite aux justes demandes du monde combattant.

    Réponse du Ministère de la défense publiée dans le JO Sénat du 24/02/2011 – page 470

    S’agissant de la retraite du combattant, le Président de la République et le Gouvernement se sont fixés comme objectif de parvenir à 48 points en 2012.

    Cette prestation, restée fixée depuis 1978 à 33 points d’indice de pension militaire d’invalidité, a donc évolué, d’une part, en fonction des augmentations de la valeur de ce point et, d’autre part, à partir de 2006, de la revalorisation de cet indice.

    Ainsi, malgré un contexte économique des plus contraints, la retraite du combattant a augmenté de 36 % depuis 2006 pour atteindre 43 points d’indice à compter du 1er juillet 2010 soit un montant de 593,83 ¬ en année pleine.

    L’article 149 de la loi de finances pour 2011 a porté cette prestation à 44 points à compter du 1er juillet 2011.

    Par ailleurs, aux termes des articles L. 253 bis et R. 224 D du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre, ont vocation à la qualité de combattant les militaires et les civils de nationalité française ayant participé à la guerre d’Algérie entre le 31 octobre 1954 et le 2 juillet 1962, date d’indépendance de l’Algérie et ayant servi pendant 90 jours en unité combattante ou pris part à neuf actions de feu ou de combat collectives, ou à cinq actions de feu ou de combat individuelles.

    Sont toutefois exonérés de ces conditions les militaires qui ont été évacués pour blessure reçue ou maladie contractée en unité combattante, ainsi que ceux qui ont reçu une blessure assimilée à une blessure de guerre.

    En outre, les dispositions de l’article 123 de la loi de finances pour 2004 permettent, depuis le 1er juillet 2004, de reconnaître la qualité de combattant aux militaires dès lors qu’ils totalisent quatre mois de présence sur les territoires concernés, sans obligation d’avoir appartenu à une unité combattante.

    Les associations d’anciens combattants et de nombreux parlementaires ont demandé à plusieurs reprises que la carte du combattant puisse être attribuée aux militaires présents en Algérie au 2 juillet 1962 et ne justifiant pas de quatre mois de service sur ce territoire avant cette date.

    La carte du combattant pourrait ainsi être attribuée aux anciens combattants justifiant de quatre mois de présence en Algérie, à la condition expresse que leur séjour ait commencé antérieurement au 2 juillet 1962.

    La situation budgétaire actuellement des plus contraintes n’a pas permis d’inscrire, au budget pour 2011, les crédits nécessaires en raison des conséquences induites par cette mesure sur la retraite du combattant et la rente mutualiste du combattant.

    En effet, le surcoût est estimé à 4,6 M¬ par an.

    Le ministre d’État, ministre de la défense et des anciens combattants, est favorable à l’extension du droit à la carte du combattant dès que le Gouvernement retrouvera des marges de manoeuvre suffisantes pour en assurer le financement.

    Il convient toutefois de rappeler que les militaires présents en Algérie entre le 2 juillet 1962 et le 1er juillet 1964 bénéficient d’ores et déjà d’une reconnaissance particulière.

    Conformément aux dispositions de l’article D. 266-1 du code précité, ils peuvent en effet, sous réserve de justifier des conditions requises, solliciter le titre de reconnaissance de la Nation qui leur ouvre droit au port de la médaille de reconnaissance de la Nation, à la souscription d’une rente mutualiste et les rend ressortissants de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre.

    Pour ce qui est du plafond majorable de la rente mutualiste du combattant, il a été régulièrement relevé entre 1998 et 2003 puis en 2007.

    Il est fixé à 125 points depuis le 1er janvier 2007.

    Le plafond majorable de la rente mutualiste du combattant est réévalué le 1er janvier de chaque année en fonction des augmentations de la valeur du point d’indice des pensions militaires d’invalidité intervenues l’année précédente.

    C’est ainsi que pour 2011, le montant du plafond s’est élevé à 1 726 ¬ pour une valeur point d’indice fixée à 13,81 ¬ depuis le 1er juillet 2010.

    La loi de finances pour 2011 prévoit une dotation de 255 M¬ pour le financement des rentes mutualistes versées aux anciens combattants.

    Ce montant en progression de 8 M¬ par rapport à 2010, soit une augmentation de 3,2 %, témoigne de l’effort financier important que l’État continue de consacrer à ces prestations, dans un contexte budgétaire difficile.

    Concernant l’allocation différentielle, le montant plafond de cette prestation, initialement fixé le 1er août 2007 à 550 ¬ par mois, a été porté à 800 ¬ au 1er janvier 2010, puis à 817 ¬ au 1er avril 2010, ce qui représente au total une augmentation de 48,5 % en moins de trois ans.

    Une dotation de 5 M¬ est inscrite dans la loi de finances pour 2011.

    Le ministre d’État, ministre de la défense et des anciens combattants, s’est engagé à augmenter le montant de l’allocation à hauteur de 834 ¬ dans le courant de l’année 2011.

    Par ailleurs, en leur qualité de ressortissantes de l’ONAC, les veuves d’anciens combattants, qu’elles soient ou non bénéficiaires de l’allocation différentielle, peuvent obtenir auprès des services départementaux de l’établissement public, des aides et secours adaptés à leur situation individuelle.

    Le Gouvernement reste donc très attentif à la situation des conjoints survivants des anciens combattants et victimes de guerre qui font appel à la solidarité nationale.

    Source: JO Sénat du 24/02/2011

Les commentaires sont fermés.