Affichage »« Droits »« Paypal »« Galette »«
Ancien site Association de défense des droits des militaires
-->

Le Bourbier Libanais ou : Que vont faire nos soldats au sein de la FINUL ?

Article publié le 21 août 2006

Une fois n’est pas coutume, le Proche Orient est au centre de l’actualité depuis la mi-juillet. Plusieurs questions se posent dans ce dossier récurrent. Souvenons-nous : dans les années 1925-1927, SARRAIL le général franc maçon détruisant le travail remarquable préalable du général WEYGAND quelques semaines après son arrivée, ce furent alors les combats sanglants des […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

Une fois n’est pas coutume, le Proche Orient est au centre de l’actualité depuis la mi-juillet.

Plusieurs questions se posent dans ce dossier récurrent. Souvenons-nous : dans les années 1925-1927, SARRAIL le général franc maçon détruisant le travail remarquable préalable du général WEYGAND quelques semaines après son arrivée, ce furent alors les combats sanglants des colonnes Normand et Michaud massacrées par les druzes à SOUEïDA en juillet 1925, puis à MESSIFRE et RACHAYA (septembre et novembre 1925) encore contre les druzes où la légion étrangère (le 4/1°REC) et les spahis (le 4/12°RST) eurent de nombreuses pertes. Puis les combats fratricides entre français au cours du deuxième conflit mondial; les accrochages sanglants de la FINUL à la fin des années 1970 jusqu’à la fin des années 80; les pertes de Septembre 1982 à BEYROUTH, puis de 1983 à 1984 avec la FMSB et en particulier l’attentat du Drakkar en Octobre 1983, où une soixantaine de parachutistes du 1° RCP furent victimes d’un attentat sanglant à BEYROUTH ouest.

La France paye et a payé cher sa séculaire et fidèle amitié au Liban, amitié qui date de la 1° croisade (1099 Godefroy de Bouillon) où les archers libanais arabes chrétiens aidèrent les croisés à franchir la montagne libanaise avant d’aller à Jérusalem.

Car la France ne peut faire moins que l’Italie qui a promis 3000 hommes, et sous peine de perdre toute crédibilité, devrait donc mettre en jeu au moins autant d’hommes !

Israël appuyé par la puissance de feu et logistique US aurait-il programmé cette intervention ? Cet engagement ne rentrerait-t-il pas dans un plan d’ensemble US qui, après avoir pris le contrôle des deuxièmes réserves mondiales de pétrole d’IRAK, chercherait peut-être à re-découper le Proche Orient au profit d’Israël ? Combien y aura-t-il de soldats anglais ou us dans la force ? Aucun sans nul doute !… Que feront le Hezbollah, la Syrie boudée par notre chef des armées, l’Iran, La Turquie ancienne puissance coloniale ?

La France porte une responsabilité évidente dans une partie des ennuis du Liban avec son voisin syrien qui considère qu’il fait partie de son territoire et de son histoire, en particulier pendant le règne des séleucides. La Phénicie ou pays de Canaan étant une partie côtière de l’actuel Liban. Tous peuples syrien ou phénicien colonisés par Babylone, le peuple mède (actuel Iran), Rome et l’empire turc.

En effet, dans les années 1930 après le premier conflit mondial, alors que le quai d’Orsay savait que la création future de l’Etat d’Israël, prévue par les accords Sykes-Picot dès 1915-1916, allait créer un beau déséquilibre dans cette partie du monde; pourquoi la France a-t-elle mis dans la tête et le coeur de nos amis libanais l’idée d’un état souverain et indépendant ? Cette porte de l’Occident pour les états arabes, avait toujours vécu sous la protection d’un état plus puissant. Ne tentait-on pas ainsi de déclencher chez le voisin syrien un besoin fort de contrôler le Liban qui est un véritable oxygène vital pour lui ?

Il ne faut pas chercher ailleurs les raisons de l’occupation du Liban par les troupes syriennes, puis l’attentat contre Rafik HARRIRI premier ministre libanais.

Ces ennuis augmentés par l’existence d’Israël et le déplacement des palestiniens chassés de chez eux après la création de cet état.

Mais surtout que viennent faire les soldats Français dans ce bourbier ? Quelle autorité réelle a l’ONU sur Israël, la Syrie ? Quelles seront les règles d’ouverture du feu ? Leurs règles d’engagement ? De quel appui aérien dispose la force ? Disposent-ils d’un appui sérieux d’artillerie ? Auront-ils raccourci efficacement le circuit d’ordre d’ouverture du feu de l’ONU, qui d’habitude est d’une lourdeur criminelle ? Ne va-t-on pas retomber dans les vices de l’engagement vécu en Bosnie ? Nos soldats seraient-ils sacrifiés une fois encore, donc voués aux gémonies et leurs cadavres exposés ensuite non à Rome mais là aux Invalides ?

Enfin et surtout, ne s’agit-il pas dans leur participation à la FINUL, pour des pays secondaires, de payer avec le sang de leurs soldats leur quote-part au budget de l’ONU ? Nos bons inspecteurs généraux des finances qui ne parlent d’eux qu’à la troisième personne, auraient-ils poussé à la roue pour trouver un prétexte de ne pas verser notre obole ? Auraient-ils bien conscience de la valeur du sang de nos soldats ? C’est à craindre que non.

Nous souhaitons bonne chance au général PELLEGRINI et à ses hommes dans cette mission particulièrement complexe et délicate. Cet officier général, ancien compagnon de combat au Liban à l’été 1983 de votre serviteur, est un des meilleurs connaisseurs du Liban; il est heureux qu’à l’occasion de ce drame et de cette situation, il se trouve justement à ce poste au moment où nos camarades vont remplir cette mission. Y restera-t-il ? Si oui, puisse-t-il être bien entouré et appuyé sérieusement par Paris afin d’être éventuellement mieux entendu à New-York !

CHRISTIAN L’HUILLIER

PS: De plus, à raison d’un avenir probablement noirci par de possibles attentats dont nos camarades pourraient être victimes, observons l’administration des récompenses et de la solde avant les éventuels évènements: l’Adefdromil a soulevé il y a quelques mois et semaines ces problèmes qui sont liés à ceux de nos camarades en opération, ici au Liban, et aux récompenses. L’actualité finit toujours par rattraper les responsables…

Notre grand chancelier actuel, à l’origine de la baisse des soldes en opération des seuls militaires, dort-il du sommeil du juste ? Et a-t-il préparé un contingent spécial de médailles militaires en cas d’attentat sanglant contre les soldats Français comme au Drakkar en Octobre 1983 ? Préservera-t-il, une fois de plus, les légions d’honneur au seul profit des officiers et tout particulièrement des officiers d’origine directe sans mérite, c’est à dire sans titre de guerre, sur la réussite au concours, afin de ne pas en distribuer trop comme le précise bien son site www.legiondhonneur.fr , lorsqu’il présente la médaille militaire; il reconnaît par là ainsi directement cette discrimination, ce crime d’Etat, donc une part de sa responsabilité (titre VI du Code de la LH) !… comme le dénonce notre association depuis sa création ?

Nous citons en effet, ici, le site de la Grande Chancellerie, page La médaille militaire :

« Instituée par décret du 22 janvier 1852 pour éviter que la Légion d’honneur ne soit conférée en trop grand nombre ! » Sans commentaire, chacun jugera de nos arguments, et du sens de la justice de nos politiques et de nos chefs ! Il fallait que cela fût dénoncé.

Notre ministre actuelle qui de nombreuses fois, souvent à notre demande, imposa la justice à ses subordonnés du cabinet qui n’avaient cru devoir la rendre, notre CEMA le général BENTEGEAT, notre CEMAT le général Bruno CUCHE qui s’est illustré au Kosovo, auront-ils la volonté de rendre enfin justice aux soldats de France et d’être fidèles non seulement à l’esprit et à la lettre de BONAPARTE, mais aussi à de nombreuses décisions du Conseil d’Etat non respectées par le cabinet ? Auront-ils assez d’autorité pour IMPOSER aux fonctionnaires et aux chanceliers du cabinet pour faire respecter enfin les principes et les lois de la Républiques, sauf à nous dire à qui obéissent ces derniers ?

Les commentaires sont fermés.