Affichage »« Droits »« Paypal »« Galette »«
Ancien site Association de défense des droits des militaires
-->

Concession de logement par nécessité absolue de service des gendarmes

Article publié le 6 septembre 2006

Une rumeur, régulièrement diffusée sur les forums Internet et dans certaines revues associatives tend à faire croire que le bénéfice du logement concédé par nécessité absolue de service aux militaires de la gendarmerie pourrait être remis en cause. Selon cette rumeur, le logement attribué aux gendarmes par nécessité de service ne le serait plus dans […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

Une rumeur, régulièrement diffusée sur les forums Internet et dans certaines revues associatives tend à faire croire que le bénéfice du logement concédé par nécessité absolue de service aux militaires de la gendarmerie pourrait être remis en cause.

Selon cette rumeur, le logement attribué aux gendarmes par nécessité de service ne le serait plus dans un proche avenir et serait désormais considéré comme un avantage en nature soumis à l’obligation de déclaration de sa valeur locative dans la déclaration annuelle des revenus. Cette rumeur laisse entendre également que le Directeur général de la gendarmerie nationale aurait donné son accord à cette réforme, ce qui a été démenti (1).

Plusieurs sources peuvent être à l’origine de cette rumeur infondée. Il peut s’agir tout d’abord de partisans du statu quo qui cherchent par les réactions suscitées à obtenir un démenti formel des futurs candidats à la présidentielle.

Il peut s’agir, à l’inverse, de hauts fonctionnaires liés ou non à des partis politiques qui cherchent à aligner la situation du logement des gendarmes sur celle de nombreux militaires et fonctionnaires logés par l’Etat. Ceux-ci sont le plus souvent logés par utilité de service (2), ce qui impose aux occupants de déclarer un avantage en nature modeste.

A la connaissance de l’ADEFDROMIL, il s’agit d’une fausse information. Il est regrettable que des internautes ou des responsables associatifs se livrent à de la désinformation nuisible au bon moral de la gendarmerie. Elle rappelle qu’une telle mesure (3), si elle venait à être envisagée, devrait être soumise au préalable à l’avis des instances de concertation (CFMG et CSFM).

Michel BAVOIL
Président de l’ADEFDROMIL

(1) Message n° 48566/DEF/GEND/SIRPA du 29 mars 2006.

(2) Articles D14 et R92 à 102 du code du domaine de l’état.

(3) La situation du logement des gendarmes est indépendante du problème du statut militaire ou civil de la gendarmerie.

Les commentaires sont fermés.