Affichage »« Droits »« Paypal »« Galette »«
Ancien site Association de défense des droits des militaires
-->

L’Appel de l’avocat

Article publié le 16 février 2002

Gérard DUCREY est Fondateur du Cabinet DUCREY, Avocats (75 014), chargé de cours à la Sorbonne, ancien auditeur à l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN), spécialisé dans le droit des militaires et la défense des libertés publiques et individuelles. « C’est en gardant le silence alors qu’ils devraient protester que les hommes deviennent […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

Gérard DUCREY est Fondateur du Cabinet DUCREY, Avocats (75 014), chargé de cours à la Sorbonne, ancien auditeur à l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN), spécialisé dans le droit des militaires et la défense des libertés publiques et individuelles.

« C’est en gardant le silence alors qu’ils devraient protester que les hommes deviennent des lâches ».

Abraham LINCOLN a exprimé l’une des vérités fondamentales de l’homme libre. Le capitaine Michel BAVOIL en fondant l’Adefdromil sert l’institution militaire. Avocat engagé pour les libertés, je suis convaincu que la défense qui est présentée dans le prétoire peut se conjuguer en harmonie avec la défense de notre pays. En un mot, la défense et le droit se synthétisent dans la défense du droit y compris face au ministère de la défense.

C’est pourquoi en adhérant à l’Adefrromil, tout militaire sert l’institution. Il affirme ses droits : droit à ne pas être bafoué, droit à la dignité, droit à l’égalité de traitement, droit à la liberté d’expression, etc. Bien sûr ces droits ont en corollaires des devoirs, mais il convient que les plateaux de la balance entre droits et devoirs soient sur le même plan.
Tel n’est pas le cas aujourd’hui et chaque militaire de l’armée de l’air, de l’armée de terre, de la marine ou de la gendarmerie a, par lui même, pour sa famille, pour la patrie et pour le drapeau un premier devoir : affirmer le bon droit pour que la justice et le ministère tiennent une balance en équilibre.

C’est le conseil et l’analyse du « canon de l’Adefdromil » puisque c’est l’affectueux surnom qui m’a été donné. Il existe encore une bastille à prendre entre la rue Saint Dominique et le boulevard Saint Germain.

Les commentaires sont fermés.