Affichage »« Droits »« Paypal »« Galette »«
Ancien site Association de défense des droits des militaires
-->

Point de situation au 1er juin 2007

Article publié le 4 juin 2007

[A la suite de Agitation électronique 03 avril 2007 et de De l’agitation à l’expression électronique 10 avril 2007 cela faisait longtemps que nous n’avions pas fait un point de situation] La montée du malaise Depuis le début de l’année 2007, un malaise s’accroît nettement dans les rangs de la gendarmerie nationale. Il donne lieu […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

[A la suite de Agitation électronique 03 avril 2007 et de De l’agitation à l’expression électronique 10 avril 2007 cela faisait longtemps que nous n’avions pas fait un point de situation]

La montée du malaise

Depuis le début de l’année 2007, un malaise s’accroît nettement dans les rangs de la gendarmerie nationale. Il donne lieu d’abord à quelques expressions de mécontentement limitées sur le forum des « Gendarmes en Colère », forum historique de la « contestation sociale » en gendarmerie.

Avec la publication du rapport du Haut comité d’évaluation de la fonction militaire, en février, le mécontentement s’amplifie : le décalage ressenti confusément par les gendarmes (mais aussi tous les militaires) et les autres fonctions publiques en uniforme (la police nationale notamment) est nettement mis en évidence : en matière d’attractivité de la profession comme de rémunération, les militaires et les gendarmes sont loin derrière.

Alors que des premiers articles sont publiés, dans L’essor L’erreur stratégique des militaires ou sur le site de l’Adefdromil Misère de la stratégie ou stratégie de la misère militaire ?, pour mettre en exergue ce problème tout en tentant de démontrer que seule une véritable liberté d’expression collective et d’association, permettrai aux gendarmes de faire valoir efficacement et définitivement leurs positions, la grogne se développe sur « Gendarmes en Colère ».

L’action des « Gendarmes en Colère »

Menés par Gladiator94 et Gd04, de nombreux intervenants participent à l’élaboration d’une liste de revendications, très large, un peu fourre-tout, que des mots d’ordres font relayer auprès de nombreux médias, en vue d’une « manifestation » devant les commandements régionaux le 26 mars 2007.

Trop diverses, ces revendications matérielles n’arrivent pas à fédérer largement, d’autant plus que des tentatives de déstabilisation du forum (ni administré, ni modéré) par des publications déplacées discréditent son contenu. Pour autant, la grogne se fait entendre dans tous les médias régionaux, et parfois nationaux (par exemple l’AFP), l’Adefdromil s’exprimant par ailleurs régulièrement sur les questions de liberté d’association et les problèmes mis en avant par le rapport du HCEFM. Dans le même temps divers intervenants sur le forum « gendarmes en colère » développent l’importance des questions de liberté d’expression collective, tandis que des présidents de sous-officiers appellent sur « Gendarmes en colère » et le forum de l’Essor à ne pas manifester, mettant en particulier en avant la période électorale en cours.

Quatre d’entre eux se détachent, ils seront surnommés « Les mousquetaires ». La DGGN réagit finalement dans les médias nationaux (voir Le Monde), ainsi que dans L’Essor (n°390) et parle d’une « machination ».
Que ce soit par défaut de mobilisation initiale, inadaptation des revendications des « gendarmes en colère » ou par l’action d’apaisement des PSO : aucune manifestation n’aura lieu le 26 mars.

Les travaux du CFMG et du CSFM, conduiront finalement le ministère de la défense à ne se prononcer, le 30 mars, que sur des questions indiciaires, augmentant considérablement les grilles des officiers, et guère celles des sous-officiers, ne suivant pas en cela les propositions du CFMG et décevant nombre de gendarmes.

La déclaration finale de la Ministre, marquant son souhait d’arriver à une parité des militaires avec la police, dans le cadre de la prochaine Loi de Programmation Militaire, laissera sceptique, tant l’échéance paraît lointaine (Le bilan du CSFM).

Le relais pris par « Gendarmes et Citoyens » et les « mousquetaires »

L’échec de la mobilisation du 26 mars, conduit à toutes les surenchères sur « Gendarmes en colère ». Pour réagir au chaos, un nouveau forum créé par Le Foo, le 2 avril, rencontre immédiatement le succès, le forum « en colère » étant largement abandonné par les gendarmes au profit du nouveau, baptisé « Gendarmes et Citoyens ».

Félicités par la DGGN pour leur action responsable, les Mousquetaires, investis en quelque sorte d’un rôle de représentants des gendarmes sur le net, interviennent largement sur tous les forums, particulièrement sur celui de l’Essor, ainsi que sur les quelques fils de discussions libres mis en place dans l’urgence par la DGGN sur son extranet « Gend’Com ». Confiants dans la volonté de rénovation de la concertation exprimée par la DGGN, les mousquetaires se démarquent du point de vue plus radical, en matière d’expression collective, dominant sur « Gendarmes et Citoyens ». Les interventions des mousquetaires se concentrent donc sur le forum de l’Essor, et leurs positions sont largement relayées par le magazine du mois de mai (sorti fin avril), n°391. Ils décident de créer un nouveau forum « PSOMAIL » destiné à fédérer l’expression des présidents de catégorie, en l’absence d’un tel espace (tout nouvellement créé mais réservé aux CFMG) sur Gend’Com.

Tandis que les élections présidentielles passent et que le nouveau gouvernement se met en place et prend de premières décisions, des incertitudes se font jour sur la place de la gendarmerie dans le dispositif de sécurité. En l’absence de communication interne suffisante, et continuant à aborder les problèmes de fond mis en avant depuis le début 2007, les nouveaux forums « Gendarme et Citoyen » et « PSOMAIL » se développent et rassemblent plusieurs centaines de membres et d’autres centaines de visiteurs. Pour autant, les oppositions pourtant souvent centrées sur des problèmes de forme, de calendrier, de processus entre les différents acteurs du changement, de « Gendarmes et Citoyens » à « PSOMAIL » en passant par l’Essor et l’Adefdromil, empêchent la création d’une réelle synergie.

Occasionnellement, le malaise des gendarmes ressort dans divers médias, avec notamment une intervention remarqué de J. Bessy, de l’Adefdromil dans Le Parisien – Aujourd’hui.

La lettre ouverte au Président de la République

Mais, c’est la publication d’une lettre ouverte des présidents de catégorie au Président de la République, signée par les mousquetaires, mise en ligne sur PSOMAIL et publiée par l’Essor de juin (paru fin mai), n°392, qui déclenche un nouvel emballement. Grâce à divers relais, la publication de cette lettre est très vite reprise par de grands médias nationaux écrits notamment le Monde et radios par exemple RMC, ce qui amène (enfin), le DGGN à s’exprimer largement, via un message toutes unités et la mise en ligne d’un communiqué et d’une vidéo sur l’intranet et l’extranet, dans l’éventualité de la diffusion d’un reportage au 20H00 sur TF1, le 30 mai 2007. Pour autant le communiqué n’amène pas de réponse à de nombreuses attentes.

Mais, ayant rappelé à l’ordre les « mousquetaires » paternellement qualifiés de « maladroits » la DGGN entend donc reprendre la main, confortée par les positions de certains membres du CFMG (tirés au sort) qui rejettent la démarche des mousquetaires, ainsi que divers PSO qui s’en démarquent.

Pour autant cette action démontre la capacité des gendarmes, sans même manifester par dizaine de milliers dans les rues, à être audibles auprès des leurs comme dans les médias, dès lors qu’ils bénéficient d’une certaine légitimité. Tout cela sans invoquer la vieille protection peu crédible de l’anonymat, les mousquetaires étant connus de tous : Joe Antona, Patrick Melara, Alain Namur et Alain Rançon (par ordre alphabétique). Une nouvelle étape est de ce fait franchie dans la liberté de fait (à défaut de droit) de l’expression des gendarmes.

La thèse de la « machination », invoquée par la DGGN, n’est plus évoquée, et ne convaincrait d’ailleurs plus aucun observateur extérieur.

La DGGN a entamé aussitôt l’élargissement de l’espace de discussion ouvert quelques semaines auparavant aux seuls membres du CFMG à tous les présidents de catégorie.

La situation actuelle est donc la suivante :

Même s’ils restent sur des positions très divergentes, L’Essor (et l’UNPRG) ainsi que l’Adefdromil qui ont tous deux démontrés leur capacité d’action en direction des médias restent très engagés pour soutenir les gendarmes.

Les mousquetaires et le forum « PSOMAIL » apparaissent quelque peu déstabilisés par la communication de la DGGN et l’absence de solidarité de quelques membres du CFMG et autres PSO (d’après ce qui circule sur l’intranet). Pour autant, leur action a, une nouvelle fois, posé de nouvelles frontières pour l’expression.

Malheureusement, l’ouverture de l’espace de discussion CFMG et PSO sur Gend’Com – si cet espace n’est pas ouvert en lecture seule A TOUS – va nécessairement créer une certaine coupure dans la communication entre les gendarmes et leurs représentants.
« Gendarmes et citoyens », très actifs sur le plan de la diffusion de l’information et des idées reste un espace de libre expression dont l’utilité est reconnue par de plus en plus de gendarmes, au vu du nombre des membres et surtout de sa fréquentation.

A priori, ce schéma devrait se stabiliser, dans les prochaines semaines, tandis que les élections législatives vont se dérouler et l’ensemble du gouvernement et des directions administratives se mettront définitivement en place. La situation devrait alors se clarifier.
A gendarmes et Citoyens de renforcer son audience, auprès des gendarmes, dans cet intervalle…

En mesure de…

Les commentaires sont fermés.