Affichage »« Droits »« Paypal »« Galette »«
Ancien site Association de défense des droits des militaires
-->

La bavure cachée d’un guet-apens des talibans

Article publié le 26 février 2012

Un général français a récemment fait, à quelques proches, une confidence qui pourrait bien relancer l’enquête sur la mort, le 18 août 2008, de dix soldats français lors d’une embuscade des talibans à Uzbin. Selon lui, avant d’engager en opération une centaine d’hommes, sous-équipés en armes et munitions, le commandement de cette unité avait demandé une reconnaissance aérienne préalable par deux hélicoptères français Caracal.

Mais ces deux appareils, affectés à la protection du président Hamid Karzaï, étaient alors indisponibles. Ils accompagnaient le déplacement, non loin de là, d’officiels afghans. Or, toujours d’après notre général, les officiers français responsables de ces hélicos avaient proposé de venir appuyer l’opération, une fois leur mission terminée. Il suffisait pour cela de retarder de deux heures le départ des militaires français, américains et afghans pour Uzbin. La proposition a été refusée, et le détachement est parti, sans protection aérienne, au-devant des talibans. Avec le bilan qu’on connaît.

« Le Canard », qui, quelques jours après l’embuscade, avait raconté en détail ce fiasco militaire, citait un officier de haut rang : « Tout le monde n’a pas encore compris qu’ici c’est la guerre. »

Depuis, mais trop tard, la réalité a ouvert quelques yeux.

J.-F.J.

Source : Le canard enchaîné n°4765 du 22 février 2012.

4 commentaires suite à cet article :

  1. donnez le nom de ce général en pâture aux journalistes et vivement la judiciarisation de ces faits , que l’on tienne compte de fait d’arme réelle avant de les honorer et les décorer,bien souvent en leur faisant des rapports exagérés parfois mensonges ,

    STRAFILE • 26 février 2012 à 20 h 05 min
  2. Encore un faux bruit. Tous les généraux savent bien que l’on ne fait pas de la reconnaissance avec des hélicoptères de transport Caracal. Il faut des hélicoptères d’attaque, soit gazelle soit tigre. Quant à la distribution des médailles, c’est à tous les niveaux de la hiérarchie qu’elle serait à remettre en cause.

    demineur • 28 février 2012 à 10 h 38 min
  3. Un faux bruit pour plusieurs raisons :
    – Le capitaine demande « un effet à obtenir » sur le terrain et non pas pas une reco avec tel ou tel moyen. c’est, pour faire court, aux personnel de la cellule 3D de répartir les missions entre les moyens aériens.
    – Le Caracal n’est pas un hélico de reconnaissance.

    Ne confondons pas défense des droits et juridiction à outrance. L’engagement militaire reste un engagement particulier ou « donner ou recevoir la mort » fait partie de nos droits et de nos devoirs. Nous sommes partis intégrante des fonctions régaliennes d’un État, ne l’oublions jamais. En niant cette spécificité, nous allons à l’encontre de la défense de nos droits. La défense ou l’élargissement de nos droits est un jeu d’équilibre entre « la grande muette » et « Excutive Aoutcom ».

    Pour les médailles, c’est Napoléon je crois qui parlait des « hochets pour militaire » et que « C’est avec ces hochets qu’on fait des héros ».

    Anonyme • 29 février 2012 à 4 h 03 min
  4. pas faux du tout mais l’avenir le dira haut et fort. et pour ceux qui disent qu’ont fait des reco en gazelle ou en tigre… ils étaient où ces hélicos en 2008????? tous ceux de l’ALAT d’ailleurs??? et une cellule 3D pour deux hélicos c’est juste bon pour envoyer un mec quis’emmerde chez lui en opex, avec un chef de det digne de ce nom il n’y en a pas besoin!

    Anonyme • 29 février 2012 à 20 h 28 min