Affichage »« Droits »« Paypal »« Galette »«
Ancien site Association de défense des droits des militaires
-->

Réactions à l’affaire VIDOT

Article publié le 20 novembre 2002

Mercredi 20 novembre : Il est « dégueulasse » de la part de l’armée de traiter les gens qui servent l’Etat avec une telle négligence. Laisser dans le besoin et la détresse une famille, c’est bien de l’Etat Français, le social se fait surtout en dehors des frontières. Il est inadmissible de voir combien les militaires et […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

Mercredi 20 novembre :

Il est « dégueulasse » de la part de l’armée de traiter les gens qui servent l’Etat avec une telle négligence.

Laisser dans le besoin et la détresse une famille, c’est bien de l’Etat Français, le social se fait surtout en dehors des frontières. Il est inadmissible de voir combien les militaires et leur famille sont considérés comme quantité négligeable.

Cette femme qui se bat depuis tant d’années a bien du courage et mérite ce qui lui revient de droit, LA JUSTICE.

Le ministère de la défense devant un cas comme celui-ci devrait se voiler la face. Comment osent-ils encore se regarder dans un miroir ? En plus dans ce qu’ils demandent de rembourser, ils incluent des intérêts. Là, le dicton l’argent n’a pas d’odeur pourrait s’appliquer ; non content de plonger dans le désespoir une famille, il faut l’enfoncer. J’ai honte pour tous ceux qui nous gouvernent. Pire, j’éprouve un grande peine de voir combien vaut la vie d’un homme c’est-à-dire RIEN.

Emmener nos jeunes dans des conflits qui ne nous regardent pas forcément et les traiter comme « chair à canon », c’est lamentable. Dans cette affaire, l’Etat doit prendre ses RESPONSABILITES

De tout coeur je suis avec cette famille étant moi-même femme de militaire.

Vendredi 22 novembre :

Monsieur,

En me connectant sur votre site, j’ai lu avec un intérêt très vif, les articles du « Canard Enchaîné » et de « France Soir » sur l’affaire VIDOT Jean-Pierre. Il est réconfortant de rencontrer enfin quelqu’un qui ose se mesurer à l’armée dans cette lamentable histoire.

Nous connaissons très bien la famille VIDOT depuis l’Allemagne. Mon mari, l’adjudant chef CLAIN Gérard, se trouvait dans le Golfe quand Jean-Pierre fût rapatrié en France et quand je suis venue à Paris soutenir Nadine qui était seule au chevet de son mari.

Si vous saviez dans quel état se trouvait Jean-Pierre ! Je garderai jusqu’à la fin de mes jours cette image…

Je peux vous dire que, quand nous étions en Allemagne, nous avions souvent des sorties et jamais Jean-Pierre ne buvait et il était toujours présent en cas de besoin. Il était un sous-officier exemplaire.

Depuis 27 années que nous nous connaissons, Nadine s’est toujours battue seule pour son mari et ses trois filles. Depuis, elles vivent un enfer. Si aujourd’hui, elle a pu croiser votre route, c’est peut-être un signe de Jean-Pierre. Merci à vous pour Nadine et ses filles.

Il faut que l’honneur de Jean-Pierre soit lavé de ces insanités qui ont été proférées sur sa propre personne et ce dès le 23 avril 1991. Il faut que les médecins militaires assument leurs erreurs et qu’ils reconnaissent les souffrances qu’ils ont fait endurer au corps du Maréchal-des-Logis Chef VIDOT Jean-Pierre, il ne méritait pas cela. Espérons qu’enfin ses trois filles puissent porter en tout honneur le titre de pupilles de la Nation. Enfin, grâce à vous, Capitaine, qu’elles puissent trouver la sérénité et la paix, et peut-être enfin, faire le deuil d’un époux et d’un papa, même si l’on sait, à ce jour, que les séquelles psychologiques sont irréversibles.

Merci, Capitaine, pour Nadine, Nathalie, Amélie et Laura.

Adjudant-Chef CLAIN et son épouse

Lire également :
Affaire VIDOT : Tribunal des pensions ou tribunal tout court ?

Les commentaires sont fermés.