Affichage »« Droits »« Paypal »« Galette »«
Ancien site Association de défense des droits des militaires
-->

Vers des ajustements de structures et de gouvernance au ministère de la Défense (Par Michel Bavoil, vice-président de l’Adefdromil)

Article publié le 23 juillet 2013

A la suite des comités exécutifs des 30 mai 2013 et 12 juin 2013 le ministre de la défense, Jran- Yves Le Drian a fixé dans un relevé de décisions du 1er juillet 2013 quatre principes qui devront  tendre à une évolution plutôt qu’à une réforme , de l’organisation actuelle du ministère de la  défense […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

A la suite des comités exécutifs des 30 mai 2013 et 12 juin 2013 le ministre de la défense, Jran- Yves Le Drian a fixé dans un relevé de décisions du 1er juillet 2013 quatre principes qui devront  tendre à une évolution plutôt qu’à une réforme , de l’organisation actuelle du ministère de la  défense , caractérisée selon lui par une grande complexité et de nombreuses duplications , aggravées par des réformes mal coordonnées. L’enjeu prioritaire est de mettre d’abord un terme aux dysfonctionnements qui pèsent le plus souvent sur les personnels des armées. (Exemple : logiciel de solde Louvois.)

Le premier principe est celui de la primauté de l’opérationnel, avec une répartition équitable de l’effort . La LPM 2014/2019 comportera une importante diminution des effectifs de l’administration centrale , des services de soutien et des états-majors.

Le deuxième  est la mise en cohérence du ministère et la recherche d’un équilibre. (Simplification de l’organisation, suppression des doublons, recentrage des grands organismes sur leur cœur de métier).

Le troisième est celui de l’efficacité. Economie de moyens, administration et soutien devront apporter de meilleurs services aux formations soutenues, notamment dans les bases de défense.

Le quatrième est celui de la confiance et de l’engagement. Confiant dans la capacité collective à réussir le changement le ministre dit ne pas avoir retenu, pour la phase qui s’ouvre, les évolutions les plus radicales tout en laissant planer la possibilité de revoir celles-ci en cas d’échec !

Il faut bien reconnaître que depuis le dernier CSFM, le capital « confiance et engagement » est bien entamé !

Au regard des enjeux opérationnels, financiers et organisationnels, le ministre de la défense a retenu sept chantiers prioritaires sur lesquels nous reviendrons prochainement. Il s’agit des chantiers suivants :

–          La gestion des ressources humaines ;

–          L’organisation de la chaîne financière ;

–          L’organisation des soutiens ;

–          Les relations internationales ;

–          La fonction communication ;

–          Le maintien en condition opérationnelle des matériels (MCO) ;

–          Le haut commandement militaire.

Ces quelques évolutions, nous assure le ministre de la défense, devraient contribuer à la déflation des 24000 postes supplémentaires prévus  sur la durée de la prochaine Loi de programmation militaire.

Moins optimiste que le ministre de la Défense, l’Adefdromil pense que cette énième réforme devra être accompagnée de substantielles aides au départ et à la reconversion à défaut d’une loi de dégagement des cadres. Les militaires ne se contenteront pas, comme lors de la dernière déflation d’effectifs , du slogan sans lendemain  « La moitié des économies réalisées sur la réduction des effectifs servira à l’amélioration de la condition militaire ».

Lire également

Le Drian décide de réorganiser son ministère

DOCUMENT EXCLUSIF. L’amiral Guillaud aurait-il dû démissionner ?

 

 

 

Les commentaires sont fermés.