Affichage »« Droits »« Paypal »« Galette »«
Ancien site Association de défense des droits des militaires
-->

Saisie d’armes : l’ex-légionnaire écroué

Article publié le 22 avril 2014

L’ex-légionnaire soupçonné de trafic d’armes de guerre a finalement été placé en détention à la prison du Pontet à l’issue de son défèrement devant le pôle criminel du Parquet d’Avignon. Le second individu interpellé dans le cadre de cette affaire, un Gardois, est quant à lui placé sous contrôle judiciaire. Après des mois de surveillance […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

L’ex-légionnaire soupçonné de trafic d’armes de guerre a finalement été placé en détention à la prison du Pontet à l’issue de son défèrement devant le pôle criminel du Parquet d’Avignon. Le second individu interpellé dans le cadre de cette affaire, un Gardois, est quant à lui placé sous contrôle judiciaire. Après des mois de surveillance par les policiers de l’antenne avignonnaise du SRPJ de Montpellier, ces deux hommes ont été interpellés, en début de semaine, lors d’une rencontre à Beaucaire. Mardi, dans un local d’Entraigues, c’est un véritable arsenal qui avait été découvert : trois lance-roquettes avec leur chargement, un pistolet-mitrailleur, un pistolet automatique et un kilo et demi d’explosif dont la mise en sécurité a nécessité l’intervention de démineurs de la Sécurité civile de Marseille.

C’est un renseignement recueilli en octobre 2013 qui avait orienté l’enquête préliminaire menée par les hommes du commissaire Katell Perez, la patronne de la PJ d’Avignon vers cet ancien légionnaire de 41 ans.  Il est suspecté de s’être livré à un trafic d’armes qu’il aurait revendues dans les départements limitrophes du Vaucluse. « Tout porte à croire que ces armes utilisées dans le milieu du grand banditisme viennent des pays de l’Est mais il faut le démontrer », confie une source proche du dossier. La question des acheteurs de ces armes de guerre est elle aussi au cœur des interrogations.

Les investigations qui ont déjà mobilisé plusieurs enquêteurs, pendant six mois, devront donc se poursuivre, afin de répondre aux nombreuses questions qui entourent encore cette affaire.

Source: laprovence.com

Les commentaires sont fermés.