Affichage »« Droits »« Paypal »« Galette »«
Ancien site Association de défense des droits des militaires
-->

Harcèlement sexuel : surmonter la souffrance

Article publié le 22 novembre 2014

La réaction des femmes au harcèlement sexuel est très variable. La résilience joue un rôle fondamental. La résilience consiste en la capacité à prendre acte d’un événement traumatisant et à le surmonter. Nous ne sommes pas égaux devant cette faculté. Elle s’exprime de manière très différente selon les individus : certains paraissent naturellement « blindés […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

La réaction des femmes au harcèlement sexuel est très variable. La résilience joue un rôle fondamental.

La résilience consiste en la capacité à prendre acte d’un événement traumatisant et à le surmonter. Nous ne sommes pas égaux devant cette faculté. Elle s’exprime de manière très différente selon les individus : certains paraissent naturellement « blindés », alors que d’autres ne parviennent pas à évacuer cette souffrance.

La résilience intervient aussi dans un contexte de harcèlement sexuel, indique une équipe de l’université du Tennessee. Les psychologues ont réalisé une enquête auprès de plusieurs centaines de femmes confrontées au harcèlement sexuel en milieu estudiantin ou sur leur lieu de travail. L’intention consistait à évaluer leur manière de gérer ces expériences et la présence de séquelles psychologiques. Le harcèlement sexuel peut avoir des conséquences très sérieuses, avec le développement de troubles alimentaires, de symptômes dépressifs et de problèmes de toxicomanie….

Lire la suite sur le site passionsante.be en cliquant [ICI]

2 commentaires suite à cet article :

  1. Le harcèlement sexuel, comme le harcèlement moral, sont déclenchés par des personnes atteintes de troubles mentaux avérés.
    (Tout le monde s’en doute ou le sait, sauf eux bien entendu). Soyez en sûr !

    Procéder à un harcèlement sur un individu, quel qu’il soit, sexuel ou moral, n’est pas une chose « normale ».

    Les relations « normales » ou « ordinaires » entre les individus qui composent un groupe sont basées sur le respect de l’autre, le respect de la différence, le respect de la personne humaine.
    « Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis. » (St Exupery)

    Les personnes (militaires ou civiles) faisant subir à des subordonnés des pressions morales, psychologiques ou sexuelles relèvent de la pathologie médicale.

    Cette pathologie les place, d’après les médecins, dans un espace compris entre la raison (une personne censée) et la déraison (une personne atteinte de troubles mentaux graves). Cette pathologie peut parfaitement être soignée par un accompagnement psychiatrique.

    Bien entendu ces personnes là (les pervers sexuels ou narcissiques) se voient parfaitement « normales ».

    Toujours d’après les médecins et les psychologues, ces malades mentaux construisent leur pseudo stabilité psychologique sur la souffrance des autres. Elles se nourrissent de l’état fébrile de leurs victimes. C’est leur carburant !

    Plus la victime cherchera à comprendre ou à justifier son comportement, plus le pervers se complaira à la rabaisser et à l’humilier.

    Ces malades mentaux sont assez faciles à démasquer:
    Une vie personnelle et sentimentale désastreuse, aucun ou très peu d’amis, une estime de soi et un ego démesurés !

    Chercher à faire comprendre au pervers « l’anormalité » de son attitude ou de son action est bien sûr peine perdue car sa construction psychologique ne lui permet pas de comprendre ces arguments là. Il est incapable de comprendre !

    La seule porte de sortie consistera à faire preuve d’une grande résilience vis à vis de ces harceleurs.
    La solution repose sur 2 postulats :

    1-L’éloignement. Si vous le pouvez, fuyez ces malades mentaux qui prennent tellement de plaisir à vous humilier, surtout en public.
    L’éloignement peut prendre la forme d’un évitement pendant les échanges verbaux ou pendant le service
    Au pire une demande de mutation vous permettra de fuir ces personnes.

    2-Les « contre-mesures » au harcèlement.
    La joute verbale. Ces grands malades redoutent un chose: être humilié en public.
    Le but consistera à ne pas répondre directement à leurs attaques.
    Répliquez à chaque fois par des formules impersonnelles:
    « C’est une opinion, ce n’est pas la mienne… »
    « Il arrive qu’il y ait d’autres opinion… »
    « C’est un avis… »

    Connaître quelques locutions connues ou célèbres peut vous sortir de l’embarras.
    Apprenez en certaines pour les ressortir facilement. (Des dictionnaires existent)
    Jouez sur l’humour.
     » Vous savez, chez nous il n’y a pas que les gilets jaunes qui réfléchissent !… »

    Ancien officier d’active de gendarmerie, en 18 années de carrière de terrain et en état-major, j’ai subi à deux reprises un harcèlement moral qui m’a conduit peu à peu vers la sortie (civile), tant le système militaire « verrouille » et protège la hiérarchie qui commet ces actions détestables.

    (Il serait d’ailleurs très intéressant qu’un audit indépendant puisse révéler le coût financier supporté par les armées à cause de ces malades mentaux qui entraînent arrêts maladie, mutations et démissions). Opérer une « micro-chirurgie sur ces pervers » (les éloigner du service « ordinaire » permettrait très certainement de grandes économies… « une idée comme ça… »

    Aujourd’hui reconverti dans le civil, je réussi pleinement sur plan professionnel. Je suis très heureux sur le plan familial et sentimental.

    N’oubliez jamais que les pervers s’en prennent très souvent à des personnes diplômées, brillantes et intelligentes.
    leurs attaques n’en sont que plus délicieuses ! En effet, aucun intérêt à rabaisser un idiot…(pardon pour eux !)
    Pardon également pour le terme « idiot » qui ne cible absolument personne. Chaque individu recèle un trésor d’intérêt qui mérite d’être découvert !

    Un blog, très bien fait, explique de manière très concrète le fonctionnement du pervers narcissique.
    Je vous le conseille
    http://pervers-narcissiques.fr/Reconnaitre%20un%20PN/desciption%20pervers%20narcissique.html

    Pour finir, si je devais fournir quelques petits conseils, je vous dirais :

    1-Protégez vous ! Vous n’êtes pas fait pour subir un harcèlement ! La vie est suffisamment courte pour être gâchée par ces malades.

    2-Etre une victime de ces malades est une situation anormale ! Réagissez ! En cas de harcèlement sexuel, relevez les faits avec précision et dénoncez les par écrit à la hiérarchie. N’hésitez pas à vous faire accompagner sur le plan médico-psychologique. L’important dans tout cela, c’est vous ! Sauvez votre peau !
    3- Apprenez à être résilient. Déjouez les pièges grossiers que les harceleurs vous tendent. Vous apprendrez à les « renifler à des kilomètres » !
    Évitez les, soit par le dialogue, soit physiquement.
    4 – En cas d’attaque verbale, ripostez par des locutions impersonnelles toutes faites. Ces malades sont souvent désarmés face à ces ripostes. A la longue, ils vous craindront et orienteront leur prédation sur un autre individu. Aucun intérêt pour lui de s’attarder sur un individu qui ne réagit pas à ses attaques.

    La vie es belle ! Elle est courte ! Ne cherchez pas à changer ces pervers (sexuels ou narcissiques). Seule une thérapie psychiatrique pourrait peut-être atténuer leurs troubles mentaux.
    Allez vers les personnes ressources (vos « vrais » amis, votre famille, vos collègues proches, votre médecin).
    Sauvez vous, vous même !

    Le Pervers Narcissique est porteur d’une maladie mortelle… pour l’autre!

    Bon vent à toutes et tous !

    JACK

    Anonyme • 22 novembre 2014 à 17 h 09 min
  2. Le harcèlement sexuel comme le harcèlement moral, à la base, sont déclenchés par des personnes atteintes de troubles mentaux avérés.
    (Tout le monde s’en doute ou le sait, sauf eux bien entendu).
    Soyez en sûr !

    Procéder à un harcèlement sur un individu, quel qu’il soit, sexuel ou moral, n’est pas une chose « normale ».

    Les relations « normales » ou « ordinaires » entre les individus composant un groupe sont basées sur le respect de l’autre, le respect de la différence, le respect de la personne humaine.
    « Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis. » (St Exupery)

    Les personnes (militaires ou civiles) faisant subir à des subordonnés des pressions morales, psychologiques ou sexuelles relèvent de la pathologie médicale. Cette pathologie les place d’après les médecins dans un espace entre la raison (une personne censée) et la déraison (une personne atteinte de troubles mentaux graves). Cette pathologie peut parfaitement être soignée par un accompagnement psychiatrique.

    Bien entendu ces personnes (les pervers sexuels ou narcissiques) se voient parfaitement « normales ».
    Toujours d’après les médecins et psychologues, ces malades mentaux construisent leur pseudo stabilité psychologique sur la souffrance des autres. Elles se nourrissent de l’état fébrile de leurs victimes.
    Plus la victime cherchera à comprendre ou à justifier son comportement, plus le pervers se complaira à rabaisser et à humilier sa victime.
    Ces malades mentaux sont assez faciles à démasquer. Une vie personnelle désastreuse, aucun ou très peu d’amis, une estime de soi et un ego démesurés.

    Chercher à faire comprendre au pervers « l’anormalité » de son attitude ou de son action est bien sûr peine perdue car sa construction psychologique ne lui permet pas de comprendre ces arguments là. Il est incapable de comprendre !

    La seule porte de sortie consistera à faire preuve d’une grande résilience vis à vis de ces harceleurs.
    La solution repose sur 2 postulats :

    1-L’éloignement. Si vous le pouvez, fuyez ces malades mentaux qui prennent tellement de plaisir à vous humilier, surtout en public.
    L’éloignement peut prendre la forme d’un évitement pendant les échanges verbaux ou pendant le service
    Au pire une demande de mutation vous permettra de fuir ces personnes.

    2-Les « contre-mesures » au harcèlement.
    La joute verbale. Ces grands malades redoutent un chose: être humilié en public.
    Le but consistera à ne pas répondre directement à leurs attaques.
    Répliquez à chaque fois par des formules impersonnelles :
    « C’est une opinion, ce n’est pas la mienne… »
    « Il se peut qu’il y ait d’autres opinions… »
    « C’est un avis, pas le mien… »

    Connaître quelques locutions connues ou célèbres peut vous sortir de l’embarras.
    Apprenez en certaines pour les ressortir facilement. (Des dictionnaires existent)
    Jouez sur l’humour.

    Ancien officier d’active d’active, en 18 années de carrière de terrain, j’ai subi à deux reprises un harcèlement moral qui m’a conduit peu à peu vers la sortie (civile), tant le système militaire « verrouille » et protège la hiérarchie qui commet ces actions détestables.
    (Il serait d’ailleurs très intéressant qu’un audit indépendant puisse révéler le coût financier supporté par les armées à cause de ces malades mentaux qui entraînent arrêts maladie, mutations et démissions). Opérer une « micro-chirurgie sur ces pervers » (les éloigner du service « ordinaire » permettrait très certainement de grandes économies… « une idée comme ça… »

    Aujourd’hui reconverti dans le civil, je réussi pleinement sur plan professionnel.
    N’oubliez jamais que les pervers s’en prennent très souvent à des personnes diplômées, brillantes et intelligentes.
    leurs attaques n’en sont que plus délicieuses ! En effet, aucun intérêt à rabaisser un idiot…(pardon pour eux !)
    Pardon également pour le terme « idiot » qui ne cible absolument personne. Chaque individu recèle un trésor d’intérêt qui mérite d’être découvert !

    Un blog, très bien fait, explique de manière très concrète le fonctionnement du pervers narcissique.
    Je vous le conseille
    http://pervers-narcissiques.fr/Reconnaitre%20un%20PN/desciption%20pervers%20narcissique.html

    Pour finir, si je devais fournir quelques petits conseils, je vous dirais :
    1-Protégez vous ! Vous n’êtes pas fait pour subir un harcèlement ! La vie est suffisamment courte pour être gâchée par ces malades.
    2-Etre une victime est une situation anormale ! Réagissez ! En cas de harcèlement sexuel, relevez les faits avec précision et dénoncez les par écrit à la hiérarchie. N’hésitez pas à vous faire accompagner sur le plan médico-psychologique. L’important dans tout cela, c’est vous ! Sauvez votre peau !
    3- Apprenez à être résilient. Déjouez les pièges grossiers que les harceleurs vous tendent. Vous apprendrez à les « renifler à des kilomètres » !
    Évitez les, soit par le dialogue, soit physiquement.
    4 – En cas d’attaque verbale, ripostez par des locutions impersonnelles toutes faites. Ces malades sont souvent désarmés face à ces ripostes. A la longue, ils vous craindront et orienteront leur prédation sur un autre individu. Aucun intérêt pour lui de s’attarder sur un individu qui ne réagit pas à ses attaques.

    Cessez de vous justifier Devenez “opaque”Dissimulez systématiquement vote vie, vos proches, vos affaires.
    Cessez de dire toujours ce que vous faites, où, avec qui, comment, pourquoi
    Évitez la bonne humeur la spontanéité, l’impulsivité, faites des phrases courtes, utilisez le “on” et non plus le “je”, parlez avec des phrases toutes faites, des proverbes etc…
    N’entrez jamais dans les conflits de front. Faites des pirouettes si il le faut sur le ton de l’humour, ou bien jouez l’indifférence.
    Entrainez-vous à garder votre sang-froid

    La vie es belle ! Elle est courte ! Ne cherchez pas à changer ces pervers (sexuels ou narcissiques). Seule une thérapie psychiatrique pourrait peut-être atténuer leurs troubles mentaux.
    Allez vers les personnes ressources (vos « vrais » amis, votre famille, vos collègues proches, votre médecin).
    Sauvez vous, vous même !

    Bon vent à toutes et tous !

    JACK

    Anonyme • 23 novembre 2014 à 9 h 27 min