Affichage »« Droits »« Paypal »« Galette »«
Ancien site Association de défense des droits des militaires
-->

RAPPORT D’INFORMATION SUR L’EVALUATION DES DISPOSITIFS DE LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS AU SEIN DES FORCES ARMÉES : LE MALAISE …(Par Maître Elodie MAUMONT, avocat associé)

Article publié le 5 mai 2019

Le 27 mars 2019, le Rapport d’information n° 1814 de Messieurs Bastien LACHAUD et Christophe LEJEUNE sur les dispositifs de lutte contre les discriminations dans les forces armées fait au nom de la Commission de la Défense nationale et des forces armées était enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale, rendu public et mis en […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.

Le 27 mars 2019, le Rapport d’information n° 1814 de Messieurs Bastien LACHAUD et Christophe LEJEUNE sur les dispositifs de lutte contre les discriminations dans les forces armées fait au nom de la Commission de la Défense nationale et des forces armées était enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale, rendu public et mis en ligne à l’adresse http://www.assemblee-nationale.fr/15/rap-info/i1814.asp

Ayant eu l’honneur d’être auditionné avec Monsieur Jacques BESSY Président de l’Adefdromil – Aide aux victimes le 31 janvier 2019, MDMH AVOCATS en a pris connaissance et salue le travail réalisé qui devrait permettre a minima d’ouvrir la discussion.

Peu commenté à ce jour, le travail réalisé par les deux parlementaires semble tout de même avoir suscité des réactions au sein même de la Commission de La Défense nationale.

C’est ainsi qu’un article paru sur rfi.fr sous le titre « Discriminations au sein de l’armée française : le rapport parlementaire qui fâche » http://www.rfi.fr/france/20190409-discriminations-armee-francaise-rapport-parlementaire?ref=fb par Romain MIELCAREK relate notamment le malaise de nos parlementaires face aux constats accablants du rapport quant au respect des droits et de la dignité des militaires en relevant la réaction de ceux-ci dans les termes suivants :

« (…) À la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale, le ton est monté comme rarement, le 27 mars dernier. Alors que les discussions y sont habituellement calmes, si ce n’est consensuelles, elles ont pris une tournure particulièrement tendue, comme le montrant les images disponibles sur le site de l’Assemblée nationale.

« J’hésite à m’exprimer, car certains propos m’ont profondément révoltée » a expliqué Aude Bono-Vandrome (LaREM).

« C’est la première fois au cours de mes huit années à l’Assemblée nationale que je me sens mal à l’aise. Je refus de m’exprimer sur le sujet », a renchéri Laurent Furst (LR).

La cause de cette tension : un rapport d’information sur les « dispositifs de lutte contre les discriminations au sein des forces armées. » Les auteurs, Bastien Lachaud (FI) et Christophe Lejeune (LaREM) y décrivent les difficultés de l’institution militaire à faire face et réclament des mesures qui suscitent la polémique : féminisation des grades, strict respect de la laïcité en interdisant à la hiérarchie d’utiliser les mails professionnels pour inviter les troupes à des messes traditionnelles ou encore la mise en place de rations de combat végétariennes, pour ne donner que quelques exemples … »

MDMH AVOCATS s’associe pleinement aux conclusions de Monsieur Jacques BESSY, colonel en retraite et Président de l’Association de défense des droits des militaires – Aide aux victimes (ADEFDROMIL) qui, interrogé par le journaliste de RFI relève que « (…) de nombreux dossiers sur les questions sociales font l’objet d’une opacité récurrente : « Le bilan social des armées et de la gendarmerie ne fait pas apparaître le nombre de militaires en congé maladie de longue durée par armée, par service, par sexe ou par catégorie de grade. 90 % d’entre eux le sont pour des raisons psychiques. Il peut s’agir de traumatismes en opération, mais aussi de dépressions nerveuses. Si l’on savait qui est concerné, si les femmes par exemple sont surreprésentées, nous pourrions mieux affronter le problème. » (…) Une meilleure connaissance de ces phénomènes permettrait de mieux les combattre. (…) Pour lui mieux former l’encadrement militaire permettrait de réduire les risques et de faire face aux situations. (…) « Ces personnes ont des droits individuels, estime-t-il. Il faut les respecter (…) »

Espérons que les parlementaires soient entendus à défaut d’être écoutés et qu’à tout le moins l’Institution ait le courage de s’interroger sur l’ensemble des sujets abordés.

Affaire à suivre.

© MDMH – Publié le 17avril 2019

 

Un commentaire suite à cet article :

  1. Dans la continuité, on peut éventuellement y ajouter la recherche de paramètres suivants : secteur géographique (département etc.), taille des unités, subdivision d’arme, âge des victimes, situation familiale…
    Autant effectivement d’éléments utiles pour si possible améliorer la condition militaire. Rien n’est simple, les causes sont réellement multifactorielles, protéiformes, et relèvent aussi parfois de – dysfonctionnements – dans la sphère privée. Vaste sujet.

    Sur la prévention de certains risques psycho-sociaux…, il y a aussi le bénéfice du sport et ses endorphines, reste que dans certaines unités la fatigue psychique engendrée par l’activité intellectuelle intense, influe sur l’énergie, le tonus physique !
    Cela explique d’ailleurs parfois, que certains sont tentés logiquement par 10 cl de boisson et/ou d’un bon repas, au lieu d’un footing…, aux conséquences bien distinctes ! (l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.)
    Sans aborder plus en détails également la problématique du tabac (fumer nuit gravement à votre santé et à celle de votre entourage), qui pourrait révéler après étude, dans quels services ou régiment, subdivision d’arme, il est le plus consommé, cela serait aussi un bon indicateur… !

    A toutes fins utiles, un animal de compagnie pour son équilibre émotionnel est parfois opportun afin de traverser certaines épreuves. On pourrait en rire, mais tel n’est pas le cas… Je pense d’ailleurs à ce sujet, que les maîtres-chiens des armées et de la gendarmerie confirment…

    Concernant l’environnement (sujet d’actualité), il n’est même pas anodin par exemple de résider en zone forestière, puisque l’on bénéficie entre autres des phytoncides…
    Les uns s’épanouiront à la ville, les autres à la campagne, la mer, la montagne, etc.
    Si cela peut aider quelques frères ou sœurs d’armes…

    « Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’existe point de marchands d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. » Antoine de Saint-Exupéry.
    Ex-militaire.

    Anonyme • 13 mai 2019 à 14 h 22 min