Affichage »« Droits »« Paypal »« Galette »«
Ancien site Association de défense des droits des militaires
-->

Décret n° 2019-520 du 27 mai 2019 modifiant le décret n° 2014-1049 du 15 septembre 2014 relatif à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français

Article publié le 7 juin 2019

Décret n° 2019-520 du 27 mai 2019 modifiant le décret n° 2014-1049 du 15 septembre 2014 relatif à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français NOR: PRMX1909900D Publics concernés : personnes atteintes de maladies radio-induites, ayant été présentes dans certaines zones du Sahara et en Polynésie française entre 1960 et 1998, lorsque […]

Vous êtes adhérent ou abonné à nos archives ?
Accédez immédiatement à cet article archivé, en vous identifiant ci-dessous :
Vous n'avez pas encore de compte ? Cliquez sur ce lien.
Décret n° 2019-520 du 27 mai 2019 modifiant le décret n° 2014-1049 du 15 septembre 2014 relatif à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français

NOR: PRMX1909900D

Publics concernés : personnes atteintes de maladies radio-induites, ayant été présentes dans certaines zones du Sahara et en Polynésie française entre 1960 et 1998, lorsque la maladie a été causée par les rayonnements dus à ces essais, quel que soit les motifs de leur présence (militaires ou travailleurs civils, populations civiles, ressortissants français ou étrangers) ; membres de la commission consultative de suivi des conséquences des essais nucléaires mentionnée.

Objet : le décret modifie la procédure d’instruction des demandes d’indemnisation des victimes des essais nucléaires et de leur ayant droits.

Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.

Notice : le décret modifie le décret n° 2014-1049 du 15 septembre 2014 relatif à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français. Il précise que les maladies figurant sur la liste annexée au décret n° 2014-1049 n’ouvrent pas droit à indemnisation lorsqu’elles ont pour origine des métastases secondaires à une maladie qui ne figure pas sur cette liste. Il ouvre la possibilité, pour le Comité d’indemnisation des victimes d’essais nucléaires (CIVEN), d’entendre le demandeur par visioconférence ou conférence téléphonique. Il précise que, lorsque l’expertise médicale a pour finalité l’évaluation du préjudice devant être indemnisé, le médecin chargé d’y procéder est choisi en fonction de sa compétence en matière d’indemnisation du dommage corporel. Il prévoit que la limite de dose efficace pour l’exposition de la population à des rayonnements ionisants, qui permet d’écarter la présomption de causalité dans le cadre d’une demande d’indemnisation d’une victime des essais nucléaires français, est celle déterminée au I de l’article R. 1333-11 du code de la santé publique. Il modifie la composition des représentants de l’administration et les modalités de désignation des représentants des associations à la commission consultative de suivi des conséquences des essais nucléaires. Il ajoute deux pathologies radio-induites à la liste annexée au décret n° 2014-1049 : le cancer de la vésicule biliaire et le cancer des voies biliaires.

Références : le décret tire les conséquences des modifications apportées à la loi n° 2010-2 du 5 janvier 2010 relative à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français par l’article 232 de la loi n° 2018-1317 du 28 décembre 2018 de finances pour 2019. Le texte modifié par le présent décret peut être consulté, dans sa rédaction issue de cette modification, sur le site Légifrance (https://www.legifrance.gouv.fr).

Source: JORF n°0123 du 28 mai 2019 texte n° 3

Les commentaires sont fermés.